François Bayrou s’est rendu le 28 mars en Avignon où plusieurs centaines de personnes sont venues place de l'Horloge pour l'écouter. A Nîmes, le candidat à l’élection présidentielle a notamment rencontré des viticulteurs inquiets pour l’avenir de leur profession. François Bayrou a déclaré que le vin – s’il est consommé avec modération – ne doit pas être montré du doigt. En fin de journée, François Bayrou a tenu une réunion publique devant 5000 personnes.

Arrivé dans la Cité des Papes en début d’après-midi, François Bayrou a rendez-vous place de l’Horloge pour une rencontre amicale sur une terrasse de café. Le trajet à pied qui l’y mène donne lieu à un mouvement d’effervescence : l’accueil des Avignonnais, essentiellement des jeunes, est particulièrement chaleureux. Plus d’une heure est nécessaire pour remonter la centaine de mètres de la rue de la République, chacun désirant une poignée de main, une photo, voire une bise du candidat.

Sur la place de l’horloge, plusieurs centaines de personnes se massent pour l’entendre. Avec émotion, il confie que ces signes de sympathie l’encouragent à poursuivre sa démarche politique : "le combat que je mène, c’est le combat des Français !".

À Nîmes, François Bayrou se rend dans une brasserie au pied des arènes. Il y rencontre des paysans, en particulier des viticulteurs, inquiets pour l’avenir de leur profession.
François Bayrou, qui a déjà rencontré à plusieurs reprises des viticulteurs victimes de la baisse des ventes, explique son sentiment :
- les viticulteurs doivent être réellement écoutés et compris, car ils ont l’impression d’être délaissés ;
- "le vin, s’il est consommé avec modération n’est pas un poison" et ne doit pas être ainsi montré du doigt. C’est pourquoi, il n’est pas normal que la publicité soit interdite, alors qu’elle est autorisée pour les alcools forts ;
- pour éviter toute concurrence déloyale, on doit imposer une meilleure traçabilité des produits étrangers qui arrivent en France : d’où viennent-ils ? Quelles conditions de production, de respect des règles environnementales ?

Cette rencontre est suivie d’un point avec la presse locale au cours duquel le candidat était entouré de Corinne Lepage qui a rejoint son équipe de campagne ainsi que de Jean-Marie Cavada, député européen et Yvan Lachaud, député du Gard.

Interrogé sur sa future majorité, François Bayrou rappelle qu’il est le seul à être capable d’en former une, car il propose une majorité d’ouverture, alors que ses deux principaux concurrents ne représentent chacun que 25% de l’opinion des Français.

La journée se termine par une réunion publique au parc des expositions rassemblant 5000 « aficionados » qui accueillent François Bayrou sur un air de "paquito chocolatero". L’ambiance était "fériesque" à Nîmes…