Position du mouvement démocrate des Bouches du Rhône à propos du conflit israelo/palestinien

De nombreux adhérents ou sympathisants de notre mouvement, nous interpellent au sujet de notre position sur le conflit israélo-palestinien.

En tant que mouvement nous avons pris la décision de ne participer à aucune manifestation

Des militants élu(e)s ou non du mouvement ont pu participer a telles ou telles de ces manifestations, ils en ont totalement le droit, mais ils ne sont pas représentants du Mouvement Démocrate.

Veuillez trouver ci joint la résolution votée, ce jour, par les parlementaires européens dont nos élu(e)s du Mouvement Démocrate.

Jean-Luc Bennahmias et François Xavier De Peretti

Co Présidents du Mouvement Démocrate Départemental

Résolution du Parlement européen sur la situation dans la bande de Gaza

Le Parlement européen,

–  vu ses résolutions précédentes sur le Moyen-Orient, en particulier celles du 16 novembre 2006 sur la situation dans la bande de Gaza(1), du 12 juillet 2007 sur le Moyen-Orient(2), du 11 octobre 2007 sur la situation humanitaire à Gaza(3) et du 21 février 2008 sur la situation dans la bande de Gaza(4),

–  vu les résolutions 242 (1967), 338 (1973) et 1860, du 8 janvier 2009, du Conseil de sécurité des Nations unies,

–  vu la quatrième Convention de Genève (1949),

–  vu le report du vote, dans le cadre de la procédure de l'avis conforme, sur la participation accrue d'Israël aux programmes communautaires,

–  vu la déclaration de l'Union européenne sur la situation au Moyen-Orient du 30 décembre 2008,

–  vu l'article 103, paragraphe 4, de son règlement,

A.  considérant qu'Israël a lancé le 27 décembre dernier une offensive militaire à Gaza en réponse à des tirs de roquettes du Hamas sur le sud d'Israël, depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas et la rupture du cessez-le-feu et le refus de le reconduire,

B.  considérant que, selon les dernières informations disponibles, l'opération israélienne a tué jusqu'à présent environ un millier de personnes à Gaza, pour la plupart des enfants et des femmes, faisant des milliers de blessés, détruisant des maisons, des écoles et d'autres infrastructures civiles essentielles, par suite de l'utilisation de la force par l'armée israélienne,

C.  considérant que les points de passage de la frontière pour entrer et sortir de Gaza sont fermés depuis 18 mois et que le blocus qui empêche la circulation des personnes et des biens affecte la vie quotidienne des habitants et continue à paralyser l'économie dans la bande de Gaza, empêchant toute amélioration notable de la situation en Cisjordanie; considérant que l'embargo sur la bande de Gaza représente un châtiment collectif en contradiction avec le droit humanitaire international,

D.  considérant que l'amélioration des conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, ainsi que la relance du processus de paix et la mise place d'institutions palestiniennes en état de fonctionner à Gaza sont un aspect essentiel des efforts visant à instaurer une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens,

E.  considérant que le soutien financier considérable accordé par l'Union européenne aux Palestiniens a joué un rôle important en permettant d'éviter une catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza et en Cisjordanie; considérant que l'Union européenne continue de fournir, notamment à travers l'UNWRA, une aide humanitaire à la population de la bande de Gaza,

1.  se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 1860 du 8 janvier 2009, et regrette qu'à ce jour, Israël et le Hamas n'aient pas obtempéré à la demande d'arrêt des hostilités formulées par les Nations unies; demande un cessez-le-feu immédiat et permanent, incluant la cessation des tirs de roquettes sur Israël par le Hamas et la fin de l'actuelle action militaire israélienne à Gaza;

2.  convient du besoin urgent de prendre les dispositions et de fournir les garanties exigées dans la résolution 1860 du Conseil de sécurité de l'ONU pour que s'instaure à Gaza un cessez-le-feu durable, incluant à la fois le retrait des troupes israéliennes, la réouverture permanente des points de passage, la levée du blocus et la lutte contre la contrebande d'armes et de munitions;

3.  appelle à une trêve négociée garantie par un mécanisme, qui doit être mis en place par la communauté internationale et coordonné par le Quartet et la Ligue arabe, qui pourrait inclure l'envoi d'une mission multinationale investie d'un mandat clair pour rétablir la sécurité et garantir le respect du cessez-le-feu dans l'intérêt des populations d'Israël et de Gaza, une attention particulière étant attachée au contrôle de la frontière entre l'Égypte et Gaza, qui impose à l'Égypte d'assumer des responsabilités particulières; invite le Conseil à intensifier ses pressions en vue de mettre fin aux violences actuelles; encourage les efforts diplomatiques entrepris à ce jour par la communauté internationale, spécialement l'Égypte et l'Union européenne;

4.  se déclare choqué par les souffrances infligées à la population civile de Gaza; déplore vivement en particulier que des cibles civiles et des Nations unies aient été touchées pendant les attaques et exprime toute sa sympathie à l'égard des populations civiles victimes des violences à Gaza et dans le sud d'Israël;

5.  demande avec la plus grande fermeté aux autorités israéliennes de garantir le libre accès de l'aide humanitaire à la bande de Gaza et l'acheminement continu et suffisant de l'aide par le couloir humanitaire; demande fermement aux autorités israéliennes d'autoriser la presse internationale à suivre les événements sur le terrain;

6.  demande, à cet égard, à Israël de remplir les obligations qui lui incombent en vertu du droit international et du droit humanitaire international; demande au Hamas de mettre fin aux tirs de roquettes et d'assumer ses responsabilités en s'engageant dans un processus politique visant à rétablir le dialogue interpalestinien et à participer aux négociations en cours;

7.  appelle l'Union européenne à adopter une position politique plus ferme et plus unie et invite le Conseil à se saisir de l'occasion pour coopérer avec la nouvelle administration américaine afin de mettre fin au conflit par un accord fondé sur la solution des deux États, en vue de mettre en place une nouvelle structure de sécurité régionale pacifique au Moyen-Orient;

8.  souligne qu'il est extrêmement important de renouveler les efforts de réconciliation interpalestinienne entre toutes les composantes de la société palestinienne sur la base de l'accord de La Mecque de février 2007 qui impliquait l'acceptation des accords précédents et notamment le droit à l'existence d'Israël, et met l'accent, à cet égard, sur la nécessité d'un lien territorial permanent entre la bande de Gaza et la Cisjordanie et de leur réunification politique pacifique et durable;

9.  souligne que seuls des progrès réels dans la voie de la paix et d'une amélioration notable de la situation sur le terrain en Cisjordanie et dans la bande de Gaza peuvent renforcer la légitimité de l'Autorité palestinienne;

10.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, au Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, aux gouvernements et aux parlements des États membres, au Secrétaire général des Nations unies, à l'envoyé du Quartet au Proche-Orient, au Président de l'Autorité palestinienne, au Conseil législatif palestinien, au gouvernement israélien, à la Knesset, au gouvernement et au Parlement égyptiens, et au Secrétaire général de la Ligue arabe.