Dans LA PROVENCE de ce jour "les gens du voyage" installés sur le terrain communal du "jardin de kiffa" annoncent qu'ils repoussent leur départ à une date ultérieure. DE même ils promettent de "nettoyer" le terrain d'accueil à leur départ. Dont acte.

J'avais déjà indiqué sur ce même blog que "l'expulsion ne pouvait pas être mise en place car la commune de Vitrolles n'est pas en règle avec la loi en vigueur". Cette information est reprise par le maire de Gignac lors de son dernier conseil municipal (information de LA PROVENCE ce jour). 2 communes dirigées par des "politiques" du même parti (PS) et deux interprétations différentes. Il existe pourtant sur Vitrolles une structure d'apprentissage pour les "élus".....

Alors pourquoi dépenser "bêtement" l'argent des contribuables vitrollais pour demander via un avocat une expulsion des gens du voyage? Et l'avocat aurait du renseigner son client la ville de Vitrolles...A mon avis il faut en changer à moins que ce soit un ami...

Enfin en fouillant dans mes archives (Mathon fait des émules) j'ai retrouvé le projet du maire (réelu depuis) d'octobre 2002 et au chapitre 3. intitulé "LA LOI SERA RESPECTEE PAR TOUS, LES DROITS SERONT DONNES PARTOUT" il est écrit "Nous créerons un véritable schéma d'accueil des gens du voyage en partenariat avec la CAPA"

Nous voyons bien à ce jour que malgré les promesses qui lui ont permis d'être élu, le maire ne tient pas ses engagements; et ne respecte pas la loi alors que Vitrolles d'après ses dires est revenue "dans la normalité républicaine" (voir l'article paru dans l'HUMANITE à la fin de l'année 2002 et toutes ses déclarations sur la "républicanité de Vitrolles).

CARRULLA William

Responsable MODEM VITROLLES